Nous faisons partie des services publics: l’Alliance ONG et le syndicat SSP-ONG demandent le versement de la compensation du renchérissement

Le renchérissement pose problème à de nombreuses ONG en Suisse. Avec 46 autres organisations et le SSP, l'OSEO Suisse demande un changement de mentalité dans l'attribution des prestations.

Alors que le salaire nominal a augmenté de plus de 5% en Suisse au cours de ces sept dernières années, les salaires de la branche des ONG d’utilité publique stagnent. Depuis 2015, les ONG enregistrent une perte de salaire réel de 3,4%, comme le montre l’étude sur la situation salariale dans les organisations non gouvernementales réalisée en 2022 par le bureau BASS sur mandat du syndicat SSP-ONG. Il est donc urgent de prendre en compte le renchérissement élevé actuel de 3-5% dans les contrats de prestations avec les ONG d’utilité publique.

Le renchérissement élevé pose des problèmes à de nombreuses ONG, notamment parce que les responsables publics dans les communes, les villes, les cantons et la Confédération ne compensent pas ou pas entièrement le renchérissement dans les contrats de prestations prévus pour 2023. Les salaires de nos collaborateurs-trices continueront par conséquent à baisser, bien que les coûts de l'énergie et de l'assurance maladie augmentent drastiquement. La pression sur les prix est déjà élevée. Une nouvelle détérioration des conditions de travail ne nuirait pas seulement à nos collaborateurs-trices, elle nuirait aussi à la qualité de nos prestations et donc aux groupes cibles. C'est contre cela que nous souhaitons agir.

Les négociations sur la compensation du renchérissement avec les communes, les villes, les cantons ou la Confédération nous ont incité‑e‑s à nous adresser aux responsables par le biais d'une lettre ouverte. L'Alliance ONG, composée de 47 organisations non gouvernementales de toute la Suisse et actives dans différents domaines sociaux, demande que la compensation du renchérissement soit également versée aux ONG prestataires, a fortiori dans un contexte de hausse des prix et de dégradation des conditions de travail.

Lisez ici la lettre ouverte avec tous les cosignataires.