Metanavigation

 

Intégration sociale

Nous tissons des liens

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » : Nous basons notre travail quotidien sur l'article 1 de la Déclaration des droits de l'Homme des Nations unies de 1948. Dans toute la Suisse, l’OSEO s'efforce de faire en sorte que les gens puissent mener leur vie de manière autonome. Notre travail et nos services sont axés sur l'intégration sociale - indépendamment de l'origine, de la religion, des opinions politiques ou du genre.

 
 
 

Au niveau national, l'OSEO prend position sur les questions d'intégration professionnelle et sociale et représente les intérêts des demandeur.euse.s d'emploi, des personnes socialement défavorisées, des migrant.e.s et des réfugié.e.s. Par notre participation aux conseils d'administration de diverses organisations faîtières (Organisation Suisse d’Aide aux Réfugiés, Check your Chance, Insertion Suisse), nous nous impliquons activement et influençons ainsi efficacement la politique sociale suisse.

 

Pour les réfugié.e.s et les migrant.e.s, maîtriser la langue est un prérequis indispensable pour pouvoir vivre et travailler en Suisse. C'est pourquoi les cours de langues sont au cœur des mesures d'intégration sociale proposées par les associations régionales de l’OSEO. Elles proposent également un large éventail de formations pour favoriser l'intégration sociale et professionnelle.

 

Les interprètes et les médiateur.rice.s interculturel.le.s facilitent la communication entre les professionnels et les immigrants aux cultures et origines différentes. Outre la maîtrise d'une ou plusieurs langues, ils connaissent les structures, les institutions et les modes de vie du pays d'origine. Ils maîtrisent également la langue officielle locale et connaissent les structures et règles en vigueur en Suisse. Le personnel de l’OSEO aide ainsi les gens à surmonter les clivages linguistiques et à dissiper ou éviter les malentendus et incertitudes.

 

Dans différents cantons, des missions ponctuelles mais aussi régulières permettent aux personnes touchées par la pauvreté d'accéder à un revenu et de réintégrer le monde du travail. L'accent n'est pas mis sur le chiffre d'affaires ou le bénéfice, mais sur l’activité et le développement professionnel des employé.e.s. Ces activités n'entrent pas en concurrence. Par exemple, des personnes peuvent être engagées pour transporter les cartons, mais pas pour gérer le déménagement dans l’ensemble. Le nettoyage des appartements est possible mais sans les obligations contractuelles de qualité d'une entreprise de nettoyage professionnelle. Ces missions peuvent être organisées au sein de ménages privés, d'entreprises ou dans le cadre d'offres propres à l’OSEO.

 
 
 

Mon histoire - un exemple de l'OSEO Schaffhouse

«Je travaille chez essKultur depuis novembre 2016. Je cuisine des plats de mon pays natal, l’Afghanistan, et donne des cours de cuisine de temps à autre. J’aime le fait qu’essKultur ne propose plus seulement des services de traiteur, mais soit également devenu un petit restaurant depuis mars. Le concept est fantastique et nous espérons pouvoir proposer encore plus de plats de cultures différentes. Je dois beaucoup parler allemand au travail. C’est une bonne chose. J’ai suivi les modules 1-5 des cours d’allemand pour adultes – appelés co-opera à Schaffhouse – et j’ai suivi un cours de langue Fide-Gastro. Je connais désormais le système de caisse du restaurant et n’ai plus peur de parler allemand avec les clients. Mes objectifs sont de continuer à bien travailler ici et de partager ma culture. Je souhaite aussi améliorer mon niveau d’allemand.»

 
 

Offre essKultur

essKultur est un restaurant où les migrant.e.s acquièrent de nouvelles connaissances à différents niveaux (cuisine, service, buffet et bureau), approfondissant ainsi leurs aptitudes. Ils.elles apprennent à manipuler correctement les denrées alimentaires et découvrent les secrets de la gastronomie suisse. Les personnes sont rémunérées normalement. C’est presque toujours leur premier emploi en Suisse.